Forum Voix Étouffées

Qui se souvient aujourd'hui de Viktor Ullmann, Karol Rathaus ou Franz Schreker ? A qui parlent encore les noms d'Alfred Tokayer, Stefan Wolpe, Erich Zeisl ou Aldo Finzi ? Certains de ces compositeurs jouaient pourtant un rôle important sur la scène musicale européenne avant l'arrivée du nazisme au pouvoir, et ont laissé des œuvres parmi les plus importantes du patrimoine musical mondial. D'autres, encore en début de carrière, ne virent jamais s'accomplir les promesses de leur talent. Parmi les victimes du Troisième Reich, le cas de ces « voix étouffées » revêt de fait un caractère unique. Représentant de courants esthétiques très divers et majoritairement juifs, ils furent contraints à l'exil ou déportés en raison du caractère supposé « dégénéré » de leur musique.

Le travail de réhabilitation de ces compositeurs n'en est toutefois qu'à ses débuts. Leur redonner une voix nécessite encore un travail intense de redécouverte et de diffusion, d'identification (qui sont-ils?) et d'évaluation (que valent leurs œuvres?) : au-delà des conditions mêmes de leur disparition - si terribles fussent-elles -, le travail mémoriel n'a de sens que s'il permet en effet de faire surgir de l'oubli des compositeurs dont l'universalité créatrice aurait dû les maintenir - si ce n'avait été les circonstances - au cœur de la vie musicale mondiale.

 

Leur rendre cette justice est tout l'objet du Forum Voix Étouffées, fondé en 2003 par le chef d'orchestre et compositeur Amaury du Closel.

_MG_7641Orchestre les métamorphoses.jpg
197372713_1074975399694442_419855490355294731_n (2).jpg

Amaury du Closel

Directeur général & artistique, chef d'orchestre

image-3.png

Viennois d'adoption, Amaury du Closel a étudié la composition avec Max Deutsch, la direction d’orchestre au Conservatoire Royal de Mons avec Alexandre Myrat, et suivi des masterclasses à Vienne avec Karl Oesterreicher et Sir Charles Mackerras. Pendant la saison 1984/85, il est chef assistant à l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy. En 1985, il remporte le 2ème Concours International de Chefs d’Orchestre “Masterplayers” de Lugano.

 

Depuis ses débuts, Amaury du Closel a dirigé plus de 80 orchestres en Europe et en Asie. 2022-23 le verra au Concertgebouw d’Amsterdam et à la Philharmonie de Berlin avec le Berliner Symphoniker, ainsi qu’en tournée dans de nombreux pays européens (Italie, Allemagne, Autriche, Lituanie), et dans plusieurs festivals (Folles Journées de Nantes, Festival de la Chaise-Dieu). Avec son orchestre Les Métamorphoses – créé en 2018 et très remarqué depuis par la critique - il donnera de nombreux concerts en France, sans oublier les nouvelles productions de la Traviata de Giuseppe Verdi et les Noces de Figaro de Mozart avec sa compagnie lyrique Opéra Nomade.

Amaury du Closel poursuit également une carrière de compositeur : son catalogue comporte une trentaine d’opus, dont des œuvres pour orchestre, diverses pièces de musique de chambre, des mélodies, etc. Pour le cinéma, il a composé la musique des films muets La Dixième Symphonie d’Abel Gance et Michel Strogoff de V. Tourjansky. Sa dernière pièce Stolpersteine, composée en 2021, sortira en CD à l’automne 2022.

 

Directeur musical de la compagnie lyrique Opéra Nomade depuis 2000, Amaury du Closel est également directeur musical de l’Académie Lyrique depuis 2006. Il a fondé en 2003 le Forum Voix Etouffées dont le but est de promouvoir la musique des compositeurs persécutés par le nazisme, et a publié en 2005 Les Voix étouffées du Troisième Reich chez Actes Sud, Prix du meilleur essai du Syndicat de la critique musicale. C’est au titre de ce travail mémoriel qu’il a été distingué par la Goldenes Ehrenzeichen de la République fédérale d’Autriche en 2005, et par la Verdienstkreuz am Bande de la République fédérale d’Allemagne en 2021.

CEMUT

Le Centre Européen d’étude de la Musique et du Totalitarisme (CEMUT), organisation dont le siège est à Strasbourg, est une émanation du Forum Voix Etouffées (FVE) dont le travail, centré originellement sur la redécouverte des compositeurs victimes du nazisme, est reconnu et récompensé par l’Union Européenne.

Son objectif s’étend aujourd’hui à l’étude des conséquences de l’ensemble des totalitarismes européens du XXème siècle sur la création musicale, et pour missions la redécouverte, l’étude et la diffusion des œuvres des compositeurs qui en furent victimes.

 

Rejetant une pratique compassionnelle de la mémoire, le Forum Voix Etouffées - CEMUT souhaite construire une « mémoire positive », selon le mot d’Alfred Grosser, Président  d'Honneur du FVE, qui soit un outil de réflexion sur les désastres du passé, et leur dépassement dans l’Europe d’aujourd’hui.

La musique est à cet égard un outil particulièrement pertinent pour une action dans ce sens : en diffusant les œuvres des créateurs victimes des totalitarismes, il favorise la constitution d’une mémoire commune. Par le brassage des acteurs de cette diffusion (musiciens, chercheurs, publics de toutes sortes), il crée  entre eux des liens positifs et les réflexes d’une action continentale, constitutive d’une citoyenneté européenne réelle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les aides européennes reçues depuis 2008 par le FVE le sont au titre de l’action 4 du programme « L’Europe pour les citoyens ».

Compositeurs présentés dans le cadre du

Forum Voix Etouffées-CEMUT :

Paul Arma (Imre Weisshaus 1905-1987)

Max Brand (1896-1980)

Walter Braunfels (1882-1954)

Julius Bürger (1897-1995)

Emil Burian (1904-1959)

Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1965)

Max Deutsch (1892-1982)

Hans Eisler (1898-1962)

Aldo Finzi (1891-1944)

 Hans Gál (1890-1987)

Norbert Glanzberg (1910-2001)

Berthold Goldschmidt (1903-1996)

Wilhelm Grosz (1894-1939)

Pavel Haas (1899-1944)

 Bernhard Heiden (1910-2000)

Paul Hindemith(1895-1963)

Erich Itor Kahn (1905-1956)

Rudolf Karel (1880-1945)

Gideon Klein (1919-1945) 

Jozef Koffler (1896-1943)

Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)

Max Kowalski (1882-1956)

Hans Krasa (1899-1944)

Ernst Krenek (1900-1991)

Szymon Laks (1901-1983)

Herman Leopoldi (1888-1959)

Ursula Mamlok (1923-2016)

Bohuslav Martinu (1890-1959)

Darius Milhaud (1892-1974)

Alexandre Mossolow (1900-1973)

Arvo Pärt (né en 1935)

Karol Rathaus (1895-1954)

Louis Saguer (Wolf Simoni 1907-1991)

Artur Schnabel (1882-1951)

Arnold Schoenberg (1874-1951)

Franz Schreker (1878-1934)

Erwin Schulhoff (1894-1942)

Mátyás Seiber (1905-1960)

Leone Sinigaglia (1868-1944)

Mischa Spoliansky (1898-1985)

Wladislaw Szpilman (1911-2000)

Alexandre Tansman (1897-1986)

Mikis Theodorakis (1925-2021)

Ernst Toch (1887-1964)

Alfred Tokayer (1899-1943)

Viktor Ullmann (1898-1944)

Wladimir Vogel (1896-1964)

Ilse Weber (1903-1944)

Karl Weigl (1881-1949)

Kurt Weill (1900-1950)